Par Guilhem ROUX

 

Le design-to-cost, autrement dit la conception à coût objectif, renverse la logique de développement d’un produit ou d’un investissement : on ne déduit pas les coûts en partant des contraintes techniques, mais on conditionne la solution technique aux contraintes de marché.

 

En termes concrets, la cible économique est définie dès le début de la démarche et partagée à toutes les parties prenantes du projet. Elles traiteront ainsi de manière conjointe les notions de coûts, de valeur et de délai lors de la construction de la solution, en l’adaptant y compris par le questionnement du besoin pour répondre à l’objectif de coût.

 

Quelques piliers de l’approche

 

  1. décompositions analytiques et paramétriques de coûts, should cost,
  2. analyse fonctionnelle, analyse de la valeur,
  3. analyse systémique,
  4. approche itérative,
  5. chiffrage systématique,
  6. coopération et transdisciplinarité,
  7. intégration des tiers (partenaires, clients et fournisseurs) de l’entreprise étendue.

 

Cette vision globale, à la fois méthodologique et humaine, s’adapte à toute préoccupation d’une organisation : conception ou re-conception de produits et de services, achats, réponse à appel d’offres, travail « à l’affaire », cadrage d’investissements lourds, transformation de direction ou d’entreprise, …

D’une idée déjà fortement éprouvée de design-to-cost issue de l’environnement industriel, c’est en fait toute une philosophie de cost-to-value qui s’étoffe : nous aurons l’occasion d’y revenir dans les prochains mois !