Article paru dans la revue “Vie & Sciences de l’Entreprise” d’avril 2013

 

Introduction

A l’heure où il devient possible de pratiquement tout faire facilement avec des applications sur smartphone (sauf peut-être de téléphoner ?), il est paradoxal de constater que le pilotage et la maîtrise des coûts informatiques restent un art difficile et peu partagé.

Alors que deux clics suffisent à géo-localiser un individu et lui proposer des services adaptés à son profil de consommateur identifié via les réseaux sociaux, il reste très compliqué, dans beaucoup d’entreprises, de disposer d’une vision claire des coûts informatiques, de leur évolution dans le temps et de leur répartition entre les différentes directions de l’entreprise.

Cette complexité s’explique par différents facteurs qu’il convient d’analyser pour en comprendre les ressorts et pour pouvoir proposer une approche pragmatique à défaut d’un remède miracle.

La plupart de ces facteurs ont un point commun qui réside dans les distorsions ou les tensions de plus en plus fortes générées par le rythme effréné des évolutions, pour ne pas dire « révolutions », que connait le monde des nouvelles technologies.

Nous verrons, en passant en revue ces facteurs, que cette course à l’innovation, si elle apporte des bénéfices indiscutables aux utilisateurs que nous sommes, n’en rend pas moins complexe l’exercice de pilotage et de maîtrise des coûts des nouvelles technologies au sein de l’entreprise.

La notion même de pilotage induit la capacité à pouvoir comparer une situation courante avec une situation passée ou avec des objectifs, ce qui, par conséquent, impose de pouvoir mesurer de façon stable au fil du temps.

L’un des enjeux du pilotage économique d’une Direction des Systèmes d’Information réside ainsi précisément dans la capacité à mettre en place un modèle de coûts stable et pertinent dans un univers mouvant et en constante accélération.

Télécharger l’article complet